26 mars 2011

Didier Lombard et Orange, complices du système Ben Ali


Didier Lombard et Marouane Mabrouck
Toutes les infos ne font pas la une ou « On ne nous dit pas tout » comme dirait une célèbre humoriste. Pourtant certaines de ces infos mériteraient de passer à la une.
Sur le site d’information Owni.fr, on découvre dans une enquête mise en ligne le 7 mars que l’opérateur Orange a graissé, en toute discrétion, la patte de la famille Ben Ali pour gagner des parts de marché en Tunisie. Le site raconte comment Orange a investi 95 millions d’euros en juillet 2009 dans une société privée appartenant à Marouane Mabrouck, gendre du dictateur déchu. L’opération était jugée nécessaire pour l’obtention d’une licence de téléphone mobile. Information essentielle : Orange aurait payé une « surtaxe » de 25 millions d’euros pour acheter les faveurs de Mabrouck, considérer comme l’un des piliers du régime. La CFE-CGC a demandé à la direction de l’opérateur d’ouvrir une enquête pour que toute la lumière soit faite. En matière de téléphonie mobile, Orange couvre actuellement 64% du marché tunisien, soit plus de 6 millions d’utilisateurs. En 2010, le groupe a annoncé 4,8 milliards d’euros de bénéfices. Ce chiffre faramineux vaut bien quelques petites entorses à l’éthique…
En toute discrétion, un décret tout récent vient de faire passer la franchise hospitalière de 18 à 24€. Soit une augmentation de 32%... et une économie de 500 millions pour la Sécu, sur le dos des patients. Il n'y a pas de petit profit.
Sans compter des déremboursements supplémentaires de nombreux médicaments, de la hausse du tarif des généralistes, des réductions des indemnités journalières, des restrictions de la prise en charge des affections longue durée, pour ne citer que les mesures les plus emblématiques : le désengagement de la Sécurité Sociale se poursuit avec l'augmentation du forfait hospitalier. De 10,67€ en 2003 à 24€ en 2011...
Cerise sur le gâteau, un nouveau texte, publié le 23 février dernier sans aucune discussion préalable, fait passer la limite de déclenchement de la franchise hospitalière de 91€ à 120€. Concrètement, jusqu'à présent, les patients devaient payer une franchise correspondant à 20% de la facture, avec un montant maximum de 18,20€ (20% de 91€). Et la Sécu remboursait le reste. Désormais, le montant maximum est porté à 24€ (20% de 120€). Soit une augmentation de 32% (+225% depuis 2003).
Économie espérée pour la Sécu : 500 millions d'euros également. Bien sûr, les mutuelles prendront en charge la différence, répercutant la douloureuse sur leurs assurés, qui passeront (encore) à la caisse : entre 2001 et 2008, la cotisation annuelle moyenne est passée de 382€ à 551€ par personne, soit un bond de 44%. Résultat : 5 millions de Français ne peuvent plus se payer de mutuelle et 9 millions se privent de soins pour raison financière.
Mais surtout, que les pauvres se rassurent, c'est pour la bonne cause : ces économies permettront de financer la suppression de l'ISF. A votre santé...
Alain Lefeez

25 mars 2011

Le transport des élèves par Véolia coûte cher

La Caisse des écoles de Louviers se réunissait mardi dernier. Les participants ont appris qu'une somme serait versée aux écoles pour les transports d'élèves s'élevant à 230 € par classe. Des enseignants ont demandé des devis et constaté que pour les mêmes conditions de temps et de kilométrage, Véolia est jusqu'à 56 % plus cher que ses concurrents ! Mais il se trouve que la CASE a signé un contrat de trois ans renouvelable tous les ans avec…Véolia, il est donc impossible de changer de transporteur sauf…si les directeurs (trices) d'écoles acceptent de payer le voyage avec l'argent de leur coopérative. Il a même été indiqué par la municipalité que cette somme de 230 € pourra — à titre exceptionnel — être utilisée pour des dépenses telles que entrées, animations etc. Les élus présents ont, semble-t-il, paru fortement surpris de cet écart de prix dont on aimerait connaître la justification !

Nous avons souvent indiqué, ici, que la main-mise de Véolia sur l'ensemble des services publics de la CASE n'était pas une bonne solution. L'absence de concurrence est un symptôme pernicieux car il donne, de fait, une situation monopolistique à un grand groupe privé dans des domaines aussi divers que le transport, les secteurs de l'eau, de l'assainissement, des déchets etc. situation que nous souhaitons changer et que nombre d'élus de la CASE souhaitent modifier également.

Tous les républicains avec Leslie Cléret

Leslie Cléret, François Loncle et Bruno Questel (photo JCH)
Une salle amicale, une salle de soutien à la candidature de Leslie Cléret et d'Hubert Zoutu son suppléant, qui affronteront le Front national dimanche prochain dans un face à face aux équations simples.

Les représentants d'Europe Ecologie Les Verts, du NPA, du Front de Gauche, étaient présents hier soir, salle Mendès France, aux côtés de François Loncle, député, Bruno Questel et Janick Léger, conseillers généraux, des militants et élus du PS de la circonscription dont Richard Jacquet et Marc Antoine Jamet, mais on comptait également des républicains non partisans venus encourager Leslie Cléret dans son duel avec la représentante du parti de l'exclusion et de la sortie de l'Euro !

Equations simples, en effet, puisqu'il s'agit de favoriser l'élection d'une élue authentiquement démocrate, engagée depuis des lustres pour la justice sociale qui n'est pas née d'hier à la politique. Dans son propos, Leslie a eu raison de rappeler ses trente années de carrière d'enseignante en zone d'éducation prioritaire à Louviers, époque où se sont forgées des convictions qui ne l'ont jamais lâchée. En délivrant des remerciements éloignés des circonstances, elle a aussi brièvement fait allusion à une campagne de soi-disant partenaires qui l'ont choquée et humiliée publiquement. Ils étaient d'ailleurs absents de la salle de l'hôtel de ville hier soir !

Après que chaque candidat du premier tour a expliqué les raisons de son soutien à Leslie Cléret et la nécessité absolue de voter pour elle, François Loncle a évoqué le contexte politique national en assurant que l'UMP allait montrer deux visages : celui de l'alliance en cours avec le FN et celui des opposants farouches à cette stratégie honteuse : « L'Elysée a compris que la défaite est au bout du chemin en 2012 sauf si le second tour oppose Sarkozy à Le Pen. » Les Lapsus de Guéant n'en seraient donc pas. On appréciera d'autant plus la prise de position d'Olivier Aubert, candidat UMP-NC de premier tour, qui a appelé à voter Leslie Cléret…à titre personnel. On le sait, les électeurs sont libres de leur choix mais il est sain qu'un élu local engagé soit capable d'appeler à la défense de valeurs communes.

24 mars 2011

La défaite du candidat PRG n'est pas la défaite de la Gauche


Le dépit est mauvais conseiller. L’amertume est pire encore. Alors que le résultat du premier tour place nettement en tête Leslie Cléret dans le canton nord de Louviers et à Louviers même, le maire de cette ville évoque un vote de désespoir ! Décidément, il ne saura jamais se montrer à la hauteur des événements et du réel. Il ose même avancer que les Lovériens ont conforté la politique municipale en plaçant Jacky Bidault…derrière Leslie Cléret ! En matière de langue de bois, Franck Martin est passé maître.

Pourquoi ne reconnaît-il pas, tout simplement, qu’il a eu tort. Les politiques se grandissent à admettre leurs mauvais choix. Franck Martin s’est trompé aux législatives de 2007, il a perdu aux cantonales de 2008, il s’est trompé, encore, aux sénatoriales en se présentant contre Jean-Louis Destans, il s’est trompé, enfin, aux cantonales récentes en tentant d’imposer un candidat PRG éminemment respectable et sympathique, dont il a plombé la campagne par une suite de mauvais choix et une présence trop collante. Que d'erreurs, que d'échecs…

Les choix du candidat PRG ? La sécurité, la sécurité, toujours la sécurité…qui n’est pas une compétence du conseil général mais le thème préféré du Front national. Des agressions verbales contre Leslie Cléret accusée d’être hors du coup parce que non membre de la CASE, des lectures hasardeuses du score de cette dernières aux municipales d’Incarville et, surtout, comment le maire de Louviers peut-il affirmer en croyant ce qu’il écrit que les électeurs ont voté « traditionnel » et qu’il suffisait de porter l’étiquette PS pour être en tête du scrutin ?

Leslie Cléret est une élue de terrain. Ses galons de conseillère générale, elle les a gagnés au fil du temps et de l’action. Quand elle était institutrice en ZEP à Jean Macé, adjointe au maire de Louviers (FM), quand elle est devenue une fidèle de JL Destans à la tête du conseil général. Il est impossible et malhonnête de distinguer l’action globale de l’assemblée départementale (vantée par Franck Martin) du bilan de Leslie Cléret, si présente dans le domaine social et du logement.

Je souhaite conclure par cette phrase du maire de Louviers que je conteste totalement : « Seul domine le rejet d’un système politique bloqué qui n’offre plus aucune place à l’espoir, moteur de l’engagement citoyen. » Il eût suffi que Jacky Bidault soit en tête pour que l’espoir renaisse ? Allons, Franck, un peu plus de lucidité ne te ferait pas de mal. Et surtout inciterait à une meilleure mobilisation contre le front national dimanche prochain. La défaite du candidat PRG à Louviers n’est pas la défaite de la gauche.

Nuage et enfumage


(photo AFP)
Le désastre nucléaire japonais, parce qu’il n’a pas connu — jusqu’à présent — le caractère spectaculaire de celui de Tchernobyl avec l’explosion du réacteur, n’en reste pas moins avec cette dernière l’une des deux catastrophes majeures de l’histoire du nucléaire civil dans le monde.

C’est une véritable passion (1) que vit aujourd’hui le peuple japonais. Chaque jour qui passe voit la contamination radioactive s’étendre en surface et en intensité. Déjà l’eau du robinet ne serait plus potable à Tokyo, à 300 kilomètres de la centrale de Fukushima. Les productions maraîchères ne sont plus consommables dans un vaste rayon. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que plus rien n’est depuis longtemps véritablement maîtrisé sur l’ensemble du site. Que la situation est gérée au jour le jour dans une improvisation totale. Que les informations distillées comme celles sur la réalimentation électrique des unités qui devrait permettre de rétablir la situation n’est que poudre aux yeux si l’on considère un instant les conséquences qu’ont pu avoir successivement le séisme, la vague du tsunami, les diverses explosions à l’intérieur des bâtiments, les incendies, la fonte totale ou partielle des cœurs de certains réacteurs, l’usage de l’eau de mer pour le refroidissement, etc…

Pendant tout ce temps, jour après jour, les émissions radioactives continuent avec plus ou moins d’intensité selon les heures, au gré du vent. De plus l’eau utilisée pour tenter de refroidir les réacteurs – eau de mer ou eau douce – lourdement contaminée ne fait l’objet d’aucune rétention. C'est-à-dire qu’elle pénètre dans le sol et la nappe phréatique autour de la centrale et ruisselle jusqu’à l’océan. C’est une catastrophe écologique sans précédent qui va geler pour des dizaines d’années une partie du territoire japonais et la zone océanique côtière. Elle va couper le pays en deux quelles que soient les solutions qui seront trouvées à moyen terme pour « isoler » le site même de la centrale.

Et pendant ce temps, en France, on nous refait le coup du «nuage de Tchernobyl» qui serait arrivé hier, aujourd’hui peut-être ou encore demain. Mais après-demain, il sera passé… On n’en parlera plus. De toute façon, la radioactivité relevée est sans conséquences… On oublie simplement de nous préciser que ce panache d’air radioactif va s’étendre et continuer de nous parvenir jour après jour aussi longtemps que dureront les émissions à partir de la centrale ruinée. Le professeur Pellerin n’est pas mort… Il se porte à merveille.

Reynald Harlaut

(1) dans le sens de martyr

23 mars 2011

L'affaire Tapie rebondit : la Cour de discipline budgétaire est saisie !

L'affaire Tapie rebondit : la Cour de discipline budgétaire (1) a été saisie par la Cour des comptes après le référé de celle-ci contestant le droit que s'est arrogé Mme Lagarde de procéder à un arbitrage par trois commissaires privés. La Cour de discipline budgétaire va donc enquêter sur le dossier Tapie et notamment sur le rôle joué par le président du Consortium de réalisation, structure publique chargée de la liquidation du Crédit Lyonnais.

Selon Le Nouvel Observateur, c'est Jean-François Rocchi, le président du CDR, qui a notamment convaincu le conseil d'administration d'abandonner les procédures judiciaires qui opposaient l'ancien Crédit lyonnais et Bernard Tapie sur la vente d'Adidas, pour recourir à un tribunal arbitral privé. La ministre de l'économie, Christine Lagarde, est clairement visée. Elle avait en effet donné l'ordre à Jean-François Rocchi de recourir à cette procédure d'arbitrage, rappelle le journal.

François Loncle a remis la question à la Une de l'actualité, récemment, en contestant la gestion par le gouvernement de cette affaire vivement critiquée dans un rapport de la commission des finances de l'Assemblée nationale, rapport qui devrait être publié d'ici une dizaine de jours, ce que demande le député de Louviers depuis des mois.Il est enfin sur le point d'obtenir satisfaction.

(1) La Cour de discipline budgétaire et financière est présidée par le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud. En sont justiciables les membres des cabinets ministériels, les fonctionnaires et les personnes liées à un organisme soumis au contrôle de la Cour des comptes

« Olivier Aubert, en homme libre, montre l'exemple »


Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil, communique :
« Notre candidate Leslie Cléret, pour le canton de Louviers-Nord, affrontera au nom de la gauche et des socialistes le candidat du Front national au second tour des élections cantonales. Elle est la candidate du front républicain et de toutes les forces de progrès qui se sont rassemblées autour d'elle au second tour, pour faire barrage à une extrême droite qui reste fasciste et raciste.

Oubliant le beau sursaut de 2002 où nous avions voté Jacques Chirac les yeux ouverts, l’UMP, indifférente au danger qui pèse sur 2012 alliant visées politiciennes, stratégie électoraliste et sentiment de panique, après avoir rompu les digues pour noyer l'héritage du Gaullisme dans le marais nauséabond du Lepénisme, joue depuis dimanche une nouvelle fois avec le feu, avec la démocratie et nos valeurs. Au lieu de considérer que le front républicain, qui fit plier les monarchistes, les ligues et les poujadistes, seul recours pour mettre un terme à ses errances idéologiques, elle fuit dans la caricature et l'outrance en rejetant dos-à-dos, front républicain, front de Gauche et front national. Cette position est inique. Cette confusion est indigne. Elle ne barre pas la route aux candidats du FN, elle la lui ouvre.

Au sein même de l’UMP, des voix s’élèvent néanmoins, celles de l'honneur et de l'honnêteté, sauvant ce qu’il reste à sauver du parti de M. Copé. Olivier Aubert, candidat UMP éliminé dimanche dernier sur le canton de Louviers-Nord, a cette intelligence du sens et ce courage du cœur. En disant non à la vague brune marine, il ne tient pas seulement tête à des dirigeants qui ont perdu la leur. Il propose une politique décente pour une France retrouvée. Durant sa campagne, M. Sarkozy avait dit qu'il UMPéiserait le front national. En cinq ans, il n'a réussi qu'à front nationaliser l'UMP. Ce résultat abject n'est qu'un autre de ses échecs. Olivier Aubert, par sa décision, n'a fait que souligner cette triste vérité.

Loin des mots d'ordre, des oukazes et des menaces, Olivier Aubert, en homme libre, montre l’exemple. Il faut le saluer. Puisse-t-il partout dans l'Eure se répéter et un candidat droit, avant d'être de droite, être imité. Bravo Olivier. Salut et Fraternité ! »

PS : Une réunion publique de soutien à Leslie Cléret aura lieu jeudi 24 mars à 18 h 30, dans la salle Pierre Mendès France de l'hôtel de ville de Louviers. Venez nombreux !


Laurent Fabius pour une baisse progressive de la part du nucléaire


Le député et ancien Premier ministre PS, Laurent Fabius, interrogé sur la catastrophe nucléaire au Japon, s'est prononcé vendredi sur Europe 1 pour "une baisse progressive de la part du nucléaire" en France, estimant qu'on ne "peut pas faire une confiance aveugle au nucléaire".
 "On ne peut pas faire une confiance aveugle au nucléaire, on ne peut pas du jour au lendemain passer du nucléaire à l'absence de nucléaire mais il faut une baisse progressive", a déclaré le député de Seine-Maritime.
Il a prôné en premier lieu "un réexamen général de l'état de toutes nos centrales et des conditions de sécurité, ce qui devrait conduire en particulier pour Fessenheim à aller vers la fermeture". "A plus long terme", a-t-il poursuivi, "il faut une baisse progressive de la part du nucléaire et un développement des énergies renouvelables".
Laurent Fabius a également jugé nécessaire après la catastrophe au Japon un "contrôle mondial du nucléaire", proposant que la France prenne une initiative en ce sens dans le cadre du G20.
"Toutes les catastrophes nucléaires sont des catastrophes mondiales, donc il faut absolument qu'on passe à une organisation, à un contrôle mondial du nucléaire" a-t-il assuré.
 
 

Paris baisse son prix de l'eau de 8 %

Ainsi que nous l'avait annoncé Anne Le Strat lors de sa venue à Louviers, la ville de Paris a baissé le prix de l'eau de 8 %, annonce faite à l'occasion de la journée mondiale de l'eau. Bertrand Delanoë, maire, avait à ses côtés son adjointe chargée de la gestion d'«Eau de Paris». Cette baisse, relativement sensible, démontre, s'il en était besoin, que la gestion publique, bien pensée, bien conduite, gérée avec responsabilité, bénéficie aux usagers.

Cette baisse du prix de l'eau permettra à l'ensemble des abonnés d'Eau de Paris de faire une économie de 72 millions d'euros jusqu'en 2015 ! Je souligne qu'Anne Le Strat à Louviers avait mis en avant le fait que cette baisse du prix de l'eau n'empêcherait nullement les investissements et ne nuirait pas, bien au contraire, aux conditions de travail des 900 salariés de la régie publique.

Yves Contassot, au noms des Verts EE a salué cette baisse du prix de l'eau mais s'est montré réservé sur son importance. Il espère surtout que la facture de l'assainissement ne sera pas trop salée à l'avenir annulant de fait la baisse du prix de l'eau potable. A Louviers, Anne Le Strat avait insisté sur la pertinence des choix engagés par la régie publique et affiché un souci réel de faire payer un prix de l'eau dégagé des soucis d'actionnaires cupides. Elle avait également mis en avant une volonté de transparence totale permettant aux associations, aux élus, aux usagers de connaître la politique conduite par la ville de Paris.

L'association pour l'amélioration de l'environnement va donc poursuivre son action afin de mieux connaître les mécanismes de gestion des sociétés privées, établir un bilan chiffré des obligations de la CASE à l'égard de Véolia, et surtout de contribuer efficacement au retour en régie publique dès 2015. La projection du film Water Makes Money sur la chaîne Arte, hier soir, a dû ouvrir les yeux de ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas que de plus en plus de collectivités accomplissent pour le plus grand bien du service public et des abonnés.

22 mars 2011

Faire la transparence sur les prix de l’eau

Anne le Strat à Louviers
« En France, le problème de la transparence des prix et de la gestion des réseaux, déjà mis en avant depuis de nombreuses années par les associations (1) est mis en lumière par une initiative participative. Profitant de cette journée, la fondation France Libertés et l’association 60 millions de consommateurs viennent de lancer une grande enquête collaborative visant à établir «une cartographie complète du prix du service de l’eau», quatre ans avant l’échéance de contrats de trois quarts des communes, qui prendront fin en 2015 (2). «Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture relève du parcours du combattant», déplorent les deux organisations.

Ainsi, le site www.prixdeleau.com, développé par le média social OWNI, propose aux internautes de compléter un formulaire, facture à la main, pour renseigner le montant de leur abonnement, de l’assainissement, ou encore la consommation en mètres cubes. Les deux organisations à l’origine de ce projet veulent ainsi savoir «combien coûte l’eau, commune par commune, quels services se cachent derrière quels prix, qui gère l’eau…». Les résultats de cette étude seront présentés à Marseille, en mars 2012.» (extrait de batimedia)
(1) Anne Le Strat, adjointe au maire de Paris est venue à Louviers défendre la régie publique de l'eau.
(2) C'est le cas de la CASE (communauté d'agglomération Seine-Eure)

L'honneur perdu de Jean-François Copé


Pendant le dépouillement dans la salle Pierre Mendès France
Jean-François Copé est aveuglé par son aversion à l’égard de la gauche. En préconisant le ni front national ni PS lors du second tour des élections cantonales, il fait fausse route. Son embardée est telle que nombre de ministres (avec le premier d’entre eux, François Fillon) comme Valérie Pécresse ou Nathalie Kociusko-Morizet, déclarent que dimanche prochain, ils ou elles voteront pour le PS face au front national. Si Copé va dans le mur de l’infamie, il ira tout seul !
Il y a donc plusieurs écoles au sein de la droite. Celle des centristes avec Borloo et Bayrou et nombre d’ UMP responsables et celle des Sarkozy-Guéant, pourtant à la base de la montée du front national. Quand, mois après mois, on lance débat sur débat avec l’identité nationale, les roms, l’Islam, les flux migratoires, «Les Français qui ne sentent plus chez eux», quand, mois après mois, on nourrit les fantasmes d’une population fragilisée par la crise économique alors que le pouvoir se montre incapable de modifier la vie des plus précaires, il court le risque de favoriser l’extrême protestation. Et donc l’extrême droite. Au fond, peut-être est-ce qu’il cherche ?
Aujourd’hui, Cette droite fascisante s’incarne dans la personnalité d’une femme qui ne parle plus des détails de l’histoire de la seconde guerre mondiale mais raconte des histoires à dormir debout. Les candidats Front national des cantonales ont tous un point commun : ce sont des inconnus. Au point que sur leurs affiches, c’est le visage de Marine Le Pen qui s’inscrit. Aucune proposition cohérente. Aucun programme applicable. Le front national c’est le désert des gobeurs, des naïfs, des dupes. Il vend du vent.
Heureusement, le PS a clairement annoncé la couleur. Partout où un candidat républicain sera opposé à un FN, il faudra que la gauche vote pour ce candidat républicain, fût-il de l’UMP ou du centre ! Qu’apporterait en effet le front national dans l’enceinte du conseil général de l’Eure ? Ce qu’il apporte au conseil régional : rien ! Ce qu’il a apporté dans les villes qu’il a dirigées : du déficit, des prébendes, du malheur !
A Louviers, Olivier Aubert, candidat UMP-NC, s’est clairement déclaré à titre personnel, en faveur de Leslie Cléret. S’il est vrai qu’aucun parti n’est propriétaire des voix de ses électeurs tous les partis ont le devoir de montrer la voie du courage car il est le prix de l’honneur.


21 mars 2011

Olivier Aubert invite à voter pour Leslie Cléret à titre personnel


Olivier Aubert, candidat UMP-NC lors de l'élection cantonale à Louviers-nord, communique : « Le résultat du scrutin de ce dimanche 20 mars est décevant. Décevant au niveau de la participation qui n’est que de 37,03% dans notre canton et à peine 31% à Louviers. Cette situation est la conséquence d’un manque d’information des électeurs sur le scrutin lui-même, sur les actions du Conseil général au profit des citoyens, et sur les enjeux canton par canton. Les candidats et les formations politiques doivent trouver des solutions pour remobiliser l’électorat, à commencer par l’éducation civique.
Les media doivent également assumer leur responsabilité. La surmédiatisation du FN et de sa présidente nationale a été relayée localement. Tous les articles, les reportages radio et télé ont intégré une « communication efficace » pour l’abstention et le vote FN. Je comprends que des électrices et des électeurs confrontés à des difficultés en cette période difficile aient eu envie de manifester leur inquiétude et leur déception. Est-ce une raison pour confondre un scrutin local et une consultation nationale ?
Elu local, je me suis présenté à cette élection cantonale avec un programme concret s’inscrivant dans le cadre des compétences du Conseil général. Cette élection était importante pour les sept communes du canton. Un grand nombre d’électeurs partageant nos sensibilités et nous ayant encouragés lors des élections municipales ne se sont pas déplacés pour aller voter en ce dimanche ensoleillé ou ont décidé de « se faire plaisir » en votant FN au premier tour. Dans les deux cas, ils assurent la victoire de la candidate socialiste au second tour. Dans la perspective des prochaines élections municipales, à la CASE et à la Région, ce poste de conseiller général est important. En votant pour le FN, les électeurs de notre sensibilité ont favorisé la gauche. Quelle erreur !
Quel choix reste-t-il pour le second tour ? D’une part, la candidate FN qui ne connait ni les domaines d’intervention du Conseil général (lire ses tracts) ni les besoins de ce canton puisqu’elle n’y a aucune attache et n’y habite pas mais qui, avec seulement 88 voix de plus que moi, se qualifie pour le second tour. D’autre part, une candidate socialiste, conseillère générale sortante, qui a défendu son bilan et son programme durant cette campagne en me respectant et en acceptant de débattre démocratiquement sur tout ce qui nous oppose.
Je suis un élu local qui mesure l’importance d’un vote démocratique.  Consacrant bénévolement beaucoup de mon temps à mon engagement local je ne peux accepter une sanction qui ne m’était pas destinée mais qui rend mon action municipale plus difficile. A titre personnel et pour toutes ces raisons, entre les deux candidates restant au second tour, je souhaite la victoire de Leslie Cléret. »

Sophie Ozanne et Alexis Rousselin soutiennent Leslie Cléret

video
Le NPA de Louviers communique : « Nous remercions chaleureusement celles et ceux qui se sont reconnus dans notre campagne et ont voté pour notre programme anticapitaliste, clairement antiraciste et écosocialiste, en toute indépendance de la majorité actuelle du conseil général. L'abstention massive nous a particulièrement nui. Dans une situation marquée par l’offensive de Sarkozy et du Medef pour faire payer la crise aux classes populaires, une fraction trop importante de l'électorat a préféré l'original à la copie sarkozienne et s'est tourné vers le Fhaine et son discours raciste et anti-ouvrier. 
Mais pourtant, rien ne serait pire pour les classes populaires que de faire confiance à un parti qui divise les travailleurs en fonction de leurs origines pour mener en fait une politique au service des plus riches.
C’est pourquoi dimanche nous appelons à battre le Front National et pour cela à voter pour la candidate du PS Leslie Cléret. Mais au-delà de ce deuxième tour, il nous faut, au plus vite, préparer les prochaines luttes, rendre coup pour coup, poursuivre et amplifier les mobilisations de ces derniers mois, retrouver le chemin de la rue pour résister à tous les mauvais coups d’où qu’ils viennent. »
 

Comment les multinationales de l'eau s'enrichissent sur le dos des usagers

A l'occasion de la journée mondiale de l'eau, la Chaîne Arte présente, ce mardi 22 mars en soirée, le film « Water Makes Money » que l'Association pour la protection et l'amélioration de l'environnement de Louviers et sa région avait fait projeter en avant-première au cinéma Forum de Louviers. Je ne saurais trop conseiller aux lecteurs de ce blog de regarder ce document extrêmement édifiant sur les comportements et pratiques opaques des multinationales de l'eau et de l'assainissement.

Plutôt que de reprendre les textes que j'avais écrits il y a quelques mois, je préfère publier la photo de l'article que le Journal du Dimanche a consacré à Jean-Luc Touly et les réalisateurs du film. Je rappelle que nous sommes à la disposition de tous les élus de la CASE qui souhaitent être informés des actions de l'association ou qui aimeraient bénéficier de la projection du film.

Dimanche prochain tous aux côtés de Leslie Cléret !


Hubert Zoutu et Leslie Cléret, hier soir, à Louviers (photo JCH)
Leslie Cléret avait bien du mal à dissimuler son émotion, hier soir, dans la salle Pierre Mendès France de Louviers. Largement en tête dans cette ville et dans les communes alentour, la conseillère générale sortante sera élue au second tour puisqu'elle devra affronter une candidate du Front national et que tous les candidats présents à l'Hôtel de ville ont appelé à voter pour elle (1).

Après une campagne électorale dure et agressive de la part du maire de Louviers qui n’a fait qu’attaquer Leslie Cléret, et elle seule, le résultat final du premier tour dans le canton lui inflige un désaveu cinglant. En faisant campagne en lieu et place du représentant du PRG, Franck Martin est le vrai responsable de sa défaite et de la mise en échec de sa stratégie. Une stratégie uniquement bâtie sur du ressentiment, de l’amertume et la certitude d'une popularité qu'il a pu mesurer hier soir, à l'aune d'un petit 15 %. Sa lettre sur le thème du bon choix a sans doute été la goutte qui a fait déborder le vase. Le sens politique du conseiller régional PRG en a pris un coup.

En réalité, les résultats de ce dimanche, avec une participation faible, illustrent parfaitement le contexte lovérien. Leslie Cléret, sortante socialiste, récolte les fruits de son action au conseil général et de celle de la majorité départementale. Titulaire de cet unique mandat, elle a le temps de s’y investir, de plaider les dossiers, de défendre des causes. Face à elle, le maire de Louviers a voulu faire croire qu’il fallait être à la fois élu municipal, délégué à la CASE, conseiller général…pour accomplir correctement sa tâche. Les électeurs ont jugé sur pièce : ils préfèrent des élus totalement investis dans leur mandat plutôt que des hommes à tout faire et qui le font mal.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Leslie Cléret en tête à Louviers, à Incarville ( !) à Saint-Pierre et Saint-Etienne-du-Vauvray et aussi, évidemment, à Heudebouville où son suppléant Hubert Zoutu, maire, a battu la campagne. Cette première victoire va marquer le paysage local en profondeur. On imagine ce qui ce serait passé si le poulain du président de la CASE avait battu la socialiste ! Je n’ignore pas, toutefois, qu’au sein de l’équipe Martin, certains élus ont reconnu le travail de Leslie Cléret et apprécient, en silence, le résultat d’hier.

Dimanche prochain, le front républicain constitué à Louviers, ouvre un boulevard à Leslie Cléret. Il importe que l’écart entre son score et celui de la candidate FN soit le plus large possible. Il ne faut pas que ce parti s’incruste dans notre vie politique. Sans solutions, sans propositions sinon de jeter les gens à la mer, le FN ne recueille que le produit des rancœurs et des protestations. Au second tour, républicains et démocrates seront tous aux côtés de Leslie Cléret. 

(1) Les candidats Front de Gauche, Verts Europe écologie, PRG, UMP-NC, NPA, ont appelé à voter pour Leslie Cléret. 

20 mars 2011

Leslie Cléret en tête dans le canton nord de Louviers

Les résultats des cantonales (premier tour) dans le canton nord de Louviers : Leslie Cléret (PS) 26,37% N. Saclier (FN) 21,83%, Olivier Aubert (UMP) 19,32%, Jacky Bidault (PRG) 15,58%, Alexis Fraisse (EE) 10,05%, Zahir Mechkour (PG) 3,82%, N.Rousselin (NPA) 3,30%.
Leslie Cléret arrive en tête également à Louviers Ville. Tous les candidats (sauf celui du FN évidemment) ont appelé publiquement à voter pour elle au deuxième tour !

Le bon «choua», la guerre en Libye, Fukushima…la foire aux livres

Quand la situation intérieure est à ce point dégradée, rien ne vaut une petite guerre. Évidemment nécessaire puisqu'il s'agit de sauver des populations civiles de la répression barbare du colonel Kadhafi et d'aider à l'instauration de la démocratie en Libye. La classe politique française dans son ensemble (excepté le Front national) soutient la coalition constituée à l'initiative de la France et grâce au pouvoir de conviction d'Alain Juppé. Ne soyons surtout pas dupes. Jamais l'occident n'a fait campagne en Afrique sans quelques arrières pensées éloignées du seul souci des droits de l'homme. Que Sarkozy qui accueillait Kadhafi en empereur en 2007 et voulait lui vendre des rafales et des centrales nucléaires ait décidé, en 2011, de changer son fusil d'épaule, pourrait en surprendre plus d'un.
Kadhafi, lui, n' a pas changé. C'est le même homme, aussi mégalo, aussi imbu de sa personne, aussi corrupteur que corrompu, entouré d'un clan, d'une tribu, d'une famille rompues depuis quarante ans aux méandres des intérêts pétroliers, des menaces terroristes et des actes honteux (les attentats de Lockerbie et l'affaire du DC 10) habile négociateur lors de la séquestration des infirmières bulgares et du médecin palestinien, preneur d'otages patenté…qui continue de faire chanter l'occident et de jouer sur les peurs suscitées par Al-Qaïda. Rama Yade avait raison de ne pas vouloir serrer la main de ce dictateur. Ce qu'on peut souhaiter ? Que l'opération de police guerrière dure le moins longtemps possible en touchant le moins de victimes civiles possible. Avec la victoire des insurgés.

Le bon «choua». Le maire de Louviers, imitant VGE à Verdun-sur-le-Doubs en 1978, s'est fendu d'une lettre aux habitants du canton nord pour leur dire comment voter dimanche. Dans le fatras des attaques contre la conseillère générale sortante, je note qu'il lui reproche de ne pas siéger à la CASE. Alors là, comme dirait un tonton flingueur « Mais moi les dingues, j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins d'Paris qu'on va l'retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile...»
Quand Leslie Cléret siégeait à la CASE, le président lui a supprimé ses délégations et ses indemnités pendant plusieurs mois se privant de ses avis et de ses conseils. Tout cela parce qu'elle avait osé s'opposer aux ordres du chef. Le Kadhafi de l'agglo, habitué au silence dans les rangs est terrible avec tous les contestataires. Il faudra bien qu'un jour, les élus terrorisés se fassent entendre et affrontent bille en tête celui qui ne connaît que les rapports de force. Alors ses reproches à Leslie Cléret, vous imaginez ce qu'on en fait…

Pendant le discours de François Loncle (photo JCH)
Le groupe de Louviers-Val-de-Reuil  d'Amnesty International organise ce week-end sa traditionnelle foire du livre dans les locaux du lycée Marc Bloch de Val-de-Reuil. Annick Quéré et ses camarades membres du groupe font de gros efforts chaque année pour augmenter le nombre de livres et satisfaire les besoins des habitués. AI en profite aussi pour faire signer des pétitions en faveur des militants, hommes et femmes politiques menacés, emprisonnés, torturés. On sait bien que les démocraties sont minoritaires dans le monde et François Loncle, député de Louviers, spécialiste des affaires étrangères, a souligné le rôle irremplaçable d'Amnesty à la fois dans l'efficacité de l'action et dans l'importance de vigie attentif aux atteintes aux droits de l'homme sur toute la planète.

Daniel Cohn-Bendit est tout sauf idiot. Quand il demande un référendum sur le renouvellement ou non du parc nucléaire français, il n'exige pas qu'il ait lieu demain. C'est sa façon à lui de souhaiter que le débat traverse toute la société et ne soit pas réservé à Areva, EDF, ou les politiques. Je rappelle au passage mon opposition farouche à tous les référendums. C'est un outil de pouvoir personnel, qui joue sur l'émotion, supprime les corps intermédiaires, nie la complexité des dossiers et des choix. En règle générale, les votants ne répondent pas à la question mais à celui ou celle qui la pose. La démocratie parlementaire et représentative est une garantie contre la dictature instantanée de la pensée dominante. Elle nécessite des débats, des avis contradictoires. A condition qu'elle ne soit pas victime des lobbies. On ne connait pas de meilleurs systèmes.

La catastrophe de Fukushima Daïchi nous rappelle que TEPCO (l'opérateur) a misé sur l'opacité, le secret, l'absence d'informations fiables et que les Japonais sont contraints de se brancher sur France 24 ou France 2 pour être informés correctement. « Dans les eaux glacées du calcul égoïste », banderole déployée sur la scène du Grand Forum de Louviers à l'occasion du «Vrai Sang» la pièce de Valère Novarina, nous rappelle les redoutables méfaits du libéralisme. La crise énergétique en est un des aspects.